RSS

[Test] Chocolate Castle

11 Nov

Chocolate Castle est un jeu indépendant développé par Lexaloffle Games, sorti en Avril 2007. Il a récemment été distribué dans le Humble Voxatron Bundle pour le prix que vous désirez – pour plus d’infos je vous renvoie à mon article dédié. Si lors de votre lecture de cet article l’offre du humble bundle est terminée, vous pouvez acheter le jeu sur le site du développeur pour $12, soit pratiquement 9€.

Comme l’indique son nom, Chocolate Castle prend place dans un château… qui n’est pas en chocolat contrairement à ce que l’on pourrait penser ! Le but du jeu est en effet de traverser le château en mangeant tout le chocolat qui se trouve dans ses différentes salles. Derrière cette histoire simple et jamais développée dans le jeu – mais bon c’est un puzzle game, donc l’histoire on s’en fout un peu – se cache un concept simple, attrayant et – j’ose même dire – chocolaté. Il existe quatre types de chocolat ainsi que quatre types d’animaux de la couleur de chaque chocolat, chaque animal ne pouvant dévorer que son chocolat. Le concept est simple : vous devez, en utilisant ces quatre animaux, faire en sorte qu’il ne reste plus un seul chocolat à l’écran. Afin de rajouter plus de variété aux puzzle, des serpents (s’inspirant directement du classique Snake), des blocs magiques, des blocs bleus, des blocs de glace ainsi que des loukoums et des chats pouvant les manger sont présents dans le jeu, selon les salles. Vous pouvez aussi juxtaposer plusieurs morceaux de chocolat (qui seront ensuite indissociables) afin qu’un seul animal puisse manger plusieurs morceaux à la fois.

 Chocolate Power Rangers ! 

Ce concept accrocheur offre une diversité de gameplay plutôt sympathique : vous n’aurez jamais l’impression de vous retrouver dans une même situation d’une salle à l’autre. Le jeu possède aussi un système de « coups » qui comptabilise en combien de déplacements vous avez réussi à terminer la salle, mais qui vous permettra aussi de retourner en arrière si vous vous êtes trompés quelque part. Il y a aussi la possibilité de « choisir son joueur » avant chaque salle histoire de proposer une esquisse de compétition. On regrette en revanche que ce ne soit que local, un classement en ligne aurait été des plus appréciables. De plus, on se prend au jeu facilement et on finit par vouloir à tout prix dévorer tout ce chocolat, à un tel point que je n’ai pas pu décrocher du jeu jusqu’à avoir terminé les 40 salles (en mode de difficulté facile tout du moins). Comme indiqué dans le nom, le mode facile reste assez simple bien que certains niveaux soient ardus tant que l’on ne comprend pas l’astuce. Je n’ai pas terminé le jeu sur les deux modes de difficultés suivants, n’ayant même pas réussi à passer la première salle en moyen – oui vous pouvez vous moquer de moi. En revanche, le jeu promet une durée de vie tout à fait convenable pour le prix qu’il coûte. Vous en aurez en effet pour 120 salles déjà intégrées au jeu (40 dans chaque mode de difficulté) et vous pourrez ajouter à cela les salles créées par la communauté ou même vos propres salles.

 Mon premier level créé, exprès pour le test. o/

Car oui, le jeu dispose d’un éditeur de level. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que celui est accessible : vous réussissez rapidement à créer votre niveau. Et vous en venez souvent à tester, supprimer des trucs, recommencer votre niveau car vous vous rendez compte que votre puzzle est soit trop facile, soit qu’il est tout simplement impossible à terminer. J’ai pour ma part passé pratiquement une heure sur un seul niveau tant je recommençais à chaque fois. En plus de tous les objets et « personnages » présents dans les salles créées par les développeurs du jeu, vous pouvez choisir l’apparence des murs (les objets que vous ne pouvez pas déplacer) et du sol de votre salle. Lorsque vous enregistrez votre salle, vous pouvez aussi choisir l’option « enregistrer dans presse-papier » qui vous permettra de partager votre map. L’option « ouvrir depuis presse-papier » vous permettra quant à elle d’ouvrir une map d’un autre joueur directement dans votre éditeur.

Non, le but n’est pas de vous montrer que j’ai réussi en 3 coups. |o/

Le jeu possède des graphismes très simples ressemblant beaucoup à un jeu flash, ceux-ci restent propres avec un design assez particulier. Celui-ci ne plaira sûrement pas à tout le monde, mais moi en tout cas j’aime beaucoup cette simplicité et ce design – disons le – dans un style « mignon ». Même le serpent n’est en aucun cas méchant et tire une tronche de gentille, bien que son but reste de vous gêner. Mais le plus réussi dans le design du jeu, c’est à mon goût le château qui a franchement la classe. Et puis bon, un puzzle-game avec du chocolat, ça a quand même bien plus de personnalité et de charisme que jouer avec des blocs. Quant aux musiques, ou plutôt la musique vu qu’il n’y en a qu’une seule, elle est très agréable à écouter. Malheureusement, on ne l’entend que sur l’écran titre et lorsque vous finissez une salle (où se déclenche d’ailleurs une animation sympa où vous pouvez faire joujou avec des ballons), les salles sont donc assez silencieuses malgré les quelques bruitages.

Chocolate Castle est un puzzle-game assez classique dans son gameplay, mais qui possède une identité propre de part son design et le concept même d’un puzzle-game avec des chocolats. Le jeu ne révolutionne en rien le genre, mais il apporte une fraîcheur qui en fait un jeu très plaisant à jouer. Si vous êtes fan du genre, foncez mais si c’est pas trop votre truc optez plutôt pour le prendre avec l’Humble Bundle histoire d’y jouer à coût réduit.

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 11/11/2011 dans Test

 

Étiquettes : , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s